12 erreurs les plus courantes lors du choix d’un phare de travail à LED

Sibylle Naumann-Edgren, originaire d’Allemagne, vit en Suède depuis de nombreuses années et travaille pour TYRI à Göteborg depuis 2013. Elle est responsable des ventes pour le cluster germanophone.

Pendant son séjour à TYRI, Sibylle a rencontré de nombreuses raisons pour lesquelles l’éclairage ne parvient pas à fournir les résultats escomptés. « TYRI est une entreprise avec un environnement de travail très convivial et développe d’excellents produits d’éclairage avec la technologie LED. Personnellement, je pense qu’ils sont actuellement les meilleurs disponibles sur le marché. J’ai parlé à beaucoup de clients au cours des sept dernières années qui m’ont donné des informations très précieuses. J’ai réalisé que beaucoup de décisions d’achat sont basées sur trop peu de connaissances et je veux aider à changer cela. Notre TYRI Light Academy est un nouvel outil pour augmenter ces connaissances et partager notre expérience pour vous aider à faire un grand pas en avant dans vos futures décisions d’achat. Vous permettant de prendre des décisions basées sur une meilleure compréhension de ce qu’est un bon éclairage. De plus, avec une meilleure connaissance, vous obtiendrez des résultats plus satisfaisants. » dit Sibylle.

1. Lumen

Lorsque vous choisissez un phare de travail à LED en fonction du flux lumineux, savez-vous quel flux lumineux est répertorié dans l’emballage ou la fiche d’informations ? Il existe trois mesures différentes : théorique, à froid et efficace (mesurée), seule la valeur effective (mesurée) est utile.

Explication simple : le flux lumineux théorique est la valeur brute. Le flux lumineux effectif (mesuré) est la valeur nette. Il peut y avoir une différence entre 50 et 70% entre la valeur brute et la valeur nette. Alors attention à ça !

2. Prix

Si votre décision d’achat est basée sur le prix, ou sur une combinaison du rendement en lumen et de prix, alors vous devez être prudent dans votre comparaison, surtout si vous ne savez pas quel type de flux lumineux est indiqué sur l’emballage ou la fiche technique du produit. Vous pourriez avoir seulement que 30 à 50% du flux lumineux attendu.

3. Température de couleur

Une température de couleur élevée (bien au-dessus de 6000 K) donne une lumière blanche froide (presque bleue), ce qui crée beaucoup de fatigue oculaire. Vous ne pourrez pas travailler longtemps avec cette température de couleur. De plus, les températures de couleur blanc froid créent beaucoup de reflets sur la poussière, les petites particules, la pluie et la neige, ce qui crée également des éblouissements.

4. Évaluation de compatibilité électromagnétique (CEM)

Le choix d’un phare de travail LED qui n’a pas de classe CEM ou seulement une classe CEM très faible entraîne des interférences radio. Si votre ordinateur devient noir, cela est dû à des problèmes CEM. Dans le pire des cas, cela peut entraîner l’arrêt de vos engins mobiles. La personne ou l’entreprise qui a pris la décision d’acheter ce phare de travail à LED peut être tenue responsable des réparations et autres frais.

5. Vibrations

Si vous choisissez un phare de travail à LED sans vérifier si le phare de travail peut supporter les vibrations de votre machine mobile ou d’un sol inégal, cela peut entraîner la fissuration du support. Les composants de la carte électronique (PCB) peuvent également se détacher, ce qui signifie que le phare de travail ne fonctionne pas.

6. Qualité de l’éclairage

Les points lumineux gênants, les cercles, les ombres et plusieurs températures de couleur différentes sont un signe de mauvaise qualité de l’éclairage. Dans le cas des points lumineux gênants, l’œil se concentre sur le point le plus lumineux du champ. Vos yeux sont également irrités par les ombres et la vue devient limitée.

7. Faisceau lumineux

Ce que l’on appelle le faisceau lumineux « large » peut être très étroit dans sa largeur et donne le résultat d’un éclairage très limité. Vous serez obligé d’acheter un deuxième et peut-être un troisième phare de travail à LED pour éclairer toute la largeur de la zone de travail. Êtes-vous toujours ravi du prix bas ?

8. Phares de travail avec réflecteurs ouverts

Les phares de travail à LED avec réflecteurs ouverts et des lentilles claires, de sorte que vous pouvez voir les diodes électroluminescentes, sont très éblouissants et irritent l’œil humain.

9. Couverture de surface

Avant d’acheter un phare de travail LED, pensez à la zone (longueur et largeur) que vous souhaitez couvrir.

10. Trop de lumière

Un phare de travail à LED avec un flux lumineux élevé en surface et à courte distance, se traduit par des points lumineux intenses et la création d’éblouissements.

11. Mauvais positionnement du phare de travail LED

Choisir le mauvais positionnement ou la mauvaise hauteur pour l’éclairage, souvent associé à trop de lumière, entraîne des points lumineux intenses et des éblouissements.

12. Technologie d’éclairage

L’éclairage et la technologie LED sont souvent sous-estimés. Un bon éclairage nécessite la connaissance et la consultation d’un professionnel.

Si vous commencez à considérer les lignes ci-dessus dans votre décision d’achat, vous ferez de grands pas en avant et commencerez à voir une meilleure solution d’éclairage appliquée. Vous pouvez également parler à nos experts pour vous aider à concevoir la meilleure solution pour vos véhicules.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 9 =