Quatre conseils pour un bon éclairage

Un environnement bien éclairé nous fait nous sentir en sécurité et nous permet de travailler plus facilement. Dans un environnement bien éclairé, nous pouvons nous concentrer sur les choses que nous voulons faire au lieu d’être dérangés par un éclairage inconfortable, des reflets et un rendu des couleurs floues. Per-Arne Torstensson, ingénieur optique chez TYRI, donne quelques conseils sur les facteurs qui produisent un bon éclairage.

Assurez-vous que l’éclairage a :

1. Un éclairage uniforme.

L’œil est attiré par les zones lumineuses et lorsque la lumière est inégale, cela peut être gênant lorsque votre regard et votre concentration sont constamment attirés par la zone la plus lumineuse. Nous voulons éviter ce qu’on appelle les points lumineux intenses et avoir un éclairage uniforme à la place.

2. Un Risque minimal d’éblouissement.

Pour des raisons de sécurité et pour réduire l’inconfort, le risque d’éblouissement doit être minimisé pour ceux qui travaillent dans la zone de distribution de la lumière. Peu importe l’efficacité d’un éclairage s’il est mal orienté et produit des reflets. Cela annule alors le but réel de l’éclairage, qui est de faciliter la visibilité.

3. Une température de couleur appropriée.

Trouvez une température de couleur confortable pour les yeux. Différentes températures de couleur conviennent à différents environnements. La lumière chaude, par exemple, fonctionne bien lorsqu’une zone est recouverte de neige qui reflète une lumière bleue froide. Une lumière plus froide peut bien fonctionner pour travailler sur un sol sombre. En général, une lumière plus froide entraîne un plus grand inconfort d’éblouissement que la lumière chaude. La lumière bleue froide a également une plus grande dispersion et réfléchit beaucoup plus les petites particules par rapport à une source de lumière chaude. Par exemple, dans un environnement autour d’une moissonneuse-batteuse où de nombreuses petites particules volent dans l’air, la lumière est susceptible de se refléter et de se transformer en un “effet de brouillard”, ce qui signifie que la lumière froide n’est probablement pas le meilleur choix.

4. Bon rendu des couleurs.

Un indice de rendu des couleurs (IRC) peut être utilisé pour mesurer la façon dont les sources lumineuses créent les couleurs. Si une couleur du spectre lumineux est absente, certaines nuances de couleur ne seront pas restituées. La lumière du soleil a un rendu des couleurs optimal de 100% sur le CRI. Plus le CRI de votre éclairage est élevé, plus il émule la lumière du soleil. Puisque nos yeux sont adaptés à la lumière du soleil, nous voulons émuler la lumière du soleil dans toute la mesure du possible. Cela peut être particulièrement important dans l’industrie alimentaire ou pendant la récolte, où le rendu des couleurs joue un rôle essentiel dans l’indication de la maturité ou de l’état des aliments.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × deux =